L'Opera Fantasio

03/03/2017

 

 

 

Un opéra moderne et brillantissime – Pour sa réinstallation dans l’espace public foisonnant des arts vivants parisiens, l’Opéra Comique fait fort et nous délivre un summum d’excellence scénique, symphonique et lyrique en la représentation de ce bel opéra de Jacques Offenbach Fantasio. C’est dans le noble écrin du Théâtre du Châtelet que nous sommes reçus par le service de presse de l’Opéra Comique pour cette seconde représentation parisienne d’un spectacle très attendu par les mélomanes parisiens et par la critique venue nombreuse ce soir-là. C’est en effet une nouvelle création innovante et une première lyrique pour le jeune prodige français de la mise en scène, le talentueux Thomas Jolly, qui signe là l’une de ses créations les plus réussies à ce jour.

 

Nous découvrons ainsi sous les ors du Théâtre du Châtelet ce brillant opéra en trois actes écrit à partir de la pièce de Musset et qui fût à sa création princeps écourté du fait de l’esprit commun de cette époque, dans une France défaite peu encline à évoquer des troubles guerriers (1ère représentation en janvier 1872, au lendemain de la défaite française contre la Prusse). Car l’histoire portant cet opéra est digne du classicisme romantique et baroque: le roi de Bavière souhaite marier sa fille Elsbeth au prince italien de Mantoue concluant ainsi la paix et évitant une guerre qui menace. Le jeune Fantasio troublera ces plans royaux en se déguisant en bouffon du roi, un jeu de passe-passe adroit qu’épousera aussi le prince italien en inversant son prestigieux rôle avec celui de son fidèle valet.

 

L’intrigue est ainsi lancée, jouant de rebondissements, de quiproquos et de désillusions, mais aussi faite de passion, d’amour et de haine. L’histoire est belle, poétique et romancée, nous tenant en halène de bout en bout.

 

Ce qui réveille réellement cet opéra, c’est son traitement résolument moderne fait par Thomas Jolly, ses costumières et ses décorateurs (des décors de Thibaud Fack). Une relecture audacieuse et avant-gardiste des codes de l’opéra qui feront ainsi monter sur scène une bande de joyeux lurons grimés en harry-potters ou gavroches modernes, chaussés de Doc Martens colorés. Un opéra décomplexé qui libère toute son énergie. Le jeu scénique est dynamique et enjoué, les décors astucieusement mobiles et l’effet des lumières et d’artifices lumineux en harmonie avec cet ensemble de contrastes d’ombres et de lumières. La force scénique est ancrée dès le début du premier Acte, on sent la tension, la joie aussi, le drame et l’amour. De belles scènes nous saisissent d’émotion, comme cet ode à l’amour de la princesse hésitante à suivre son coeur; le final de l’Acte I et celui du dernier Acte sont des apothéoses chantées grandioses. On aime ces téléscopages temporels d’univers scéniques différenciés, ces ballons roses de mariage au milieu d’une scène résolument sobre et surtout le jeu spacial de ces acteurs-chanteurs d’exception.

 

On distinguera particulièrement la force et la maîtrise vocale de Marie-Eve Munger jouant la princesse Elsbeth et de Marianne Crebassa jouant Fantasio (un rôle masculin traditionnellement chanté par une femme). Le valet du prince personnifié par Loïc Félix est aussi un élément comique brillant de cette joyeuse troupe d’excellence. Le tout est réhaussé par la parfaite maîtrise symphonique de l’Orchestre Philharmonique de Radio France placé sous la généreuse direction de son chef d’orchestre Laurent Campellone.

 

Ainsi, nous avons assisté à une représentation d’exception, un bel opéra modernisé par l’art personnel de Thomas Jolly, qui en fait une relecture branchée et vivante. On aime et la salle ravie célèbre autant de courage, de travail et d’audace. Sans aucun doute l’un des meilleurs opéras de cet hiver, à ne pas manquer. Une production distinctive de l’Opéra Comique qui marquera certainement l’histoire de l’opéra français. Nos remerciements s’adressent à Alice Bloch-Rattazzi du service de presse de l’Opéra Comique. - www.opera-comique.com 

Please reload

 Goûts et passions 

 

La liberté d'expression réside souvent dans la dénonciation des dérives de notre société mal en point. Pour notre part, nous avons décidé d'aborder le sujet autrement.

Notre équipe sélectionne les évènements, les hommes, les lieux porteurs de construction afin de vous donner des éléments positifs qui peuvent vous permettre de sortir de ce climat social conflictuel.

Notre objectif est de vous guider vers une approche optimiste des initiatives soutenant la volonté de ne pas céder à la morosité générale. Nous espérons ainsi vous redonner l'envie de sortir, d'apprécier le moment présent et de mettre en valeur vos goûts ett passions par des activités complémentaires alliant culture, divertissement, gastonomie et découverte de nouveautés dynamiques et enrichissantes.

 Posté récemment: 

04/23/2019

Please reload

L'équipe rédactionnelle de GoutsetPassions.com est composée de:  - Olivier F. de Felice, Directeur de publication, rédacteur principal, membre du syndicat de presse français Syndicat des Journalistes de la Presse Périodique (SJPP), Paris - Didier Princi, Directeur de Publication Adjoint, Pascale Sorgues (France Télévisions), rédactrice adjointe et nos contributeurs libres, spontanés ou occasionnels. Photographies: les productions, les photographes et agents de presse relatifs. GoûtsetPassions est une publication privée et indépendante de presse française.

www.goutsetpassions.com - Pour nous écrire :  Courriel : goutsetpassions(@)gmail.com  -  Adresse: E-Journal GoutsetPassions. SEP, 13, rue Brochant F-75017 Paris France

Site internet privé, réservé aux professionnels présents dans cet E-Journal et exluant toute activité commerciale, politique, religieuse, sectaire ou autre.-